Histoire et armoiries

Si l'on en croit les quelques recherches qui ont été faites concernant l'histoire du village, force est de constater qu'on ne sait rien de bien certain sur son origine. A l'époque romaine, tout autour de Nyon (Noviodunum) s'étaient élevées des villas et des fermes dont certaines sont à l'origine de plusieurs villages de la région, comme Commugny. Au siècle dernier, on a ainsi retrouvé à Tannay les fondations d'une maison romaine ainsi que quelques tuiles de l'époque.

Dans les siècles qui suivirent, Tannay n'est mentionné dans aucun document. Au XIIIème siècle, il n'en est ainsi fait aucune mention dans les actes du Registre genevois. Toutefois, au siècle suivant, si l'on se réfère à quelques actes relatifs à la Confrérie du Saint-Esprit de Commugny, une institution charitable, on voit apparaître les noms de quelques familles de « Taney ». On peut penser, en fait, que Tannay, comme les autres villages de l'ancienne baronnie de Coppet, est antérieur à la fondation de Coppet, mentionné pour la première fois en 1294.

De Seigneurie en Baronnie 

A cette époque, notre village dépend de la Seigneurie de Commugny, propriété de l'Abbaye de Saint-Maurice d'Agaune, en Valais, puis du Comte Pierre de Savoie et ensuite de la Famille de Thoyre et Villars. Dès lors, c'est la Seigneurie de Coppet qui prendra le pas sur la terre de Commugny. Après de nombreuses péripéties, Coppet revint à nouveau au Duc de Savoie qui créa en 1484 une baronnie comprenant Viry, Mont-le-Vieux, Rolle et Coppet. Cette baronnie subsista jusqu'à la fin du régime bernois qui par la suite en avait pris possession par la conquête du pays de Vaud en 1536.

Tannay, naturellement, fut mêlé à tous ces événements et comme toutes les communes de la Seigneurie de Coppet, le village était astreint à certaines corvées, comme les charrois (le transport par chariot), les journées d'ouvriers pour les Seigneurs ou encore l'entretien des fortifications du bourg. En compensation, les habitants de Tannay pouvaient avec leur bétail se réfugier dans leurs murs en cas de danger. L'arrivée des Bernois fut naturellement l'occasion d'un changement complet dans l'ordre religieux puisque les habitants de Tannay, comme ceux du pays de Vaud tout entier, furent contraints d'adopter la Réforme, malgré une résistance tenace.

Une commune autonome 

La première mention du château date de 1649 : le propriétaire y fait construire une tour carrée. Vers l'an 1700, on établit pour la première fois un plan du village et l'on construisit une auberge ainsi qu'une fontaine. En 1782, on installa non loin, le premier cimetière qu'on déplace cinquante ans plus tard en dehors du village, par crainte du choléra. Quelques années après, à la création du canton de Vaud, Tannay devint une commune autonome qui se dota d'une Municipalité et d'un Conseil général. A cette époque, le village comptait 119 habitants.

En 1823, les habitants assistèrent au passage du premier bateau à vapeur, le « Guillaume Tell » qui faisait le service Genève-Morges. Un témoin de l'époque rapporte que la stupéfaction des riverains fut complète à la vue de cette nouvelle embarcation naviguant sans le secours de voiles ni d'avirons. En 1885, on inaugure au village le premier arrêt des trains-trams. En 1901, et pour la première fois, il est fait mention du budget communal. Il est alors de 3054 francs aux recettes et de 2930 francs aux dépenses. Deux ans plus tard, on installe le téléphone à la maison communale.

Au XXème siècle 

En 1922, la famille Duvillard offrit à la Commune (qui n'a pas d'église) une tour avec une horloge à trois cadrans. Quant au château, propriété durant de nombreuses années de cette même famille Duvillard, il fut vendu à la Commune en 1984. Cette dernière en fit dès lors ses locaux administratifs ainsi que des appartements locatifs. Elle fit construire dans la propriété une école de style contemporain signée de l'architecte Vincent Mangeat et qui abrite des classes d'enseignement primaire.

Depuis 1993, la Commune dispose aussi au centre du village d'un vaste bâtiment qui comprend un restaurant de qualité, une salle à usages multiples, des locaux commerciaux et des logements. Elle est également propriétaire d'une buvette très agréablement située au bord du lac.

Nom et armoiries

D'argent au chêne de sinople fruité d'or, mouvant d'un mont à trois coupeaux de sable, au chef d'azur chargé de trois fasces ondées d'argent.

Tannay s'écrivait autrefois Taney (14 ème siècle), puis Thanay, et encore Tanay (au 17 ème siècle), enfin Tannay depuis le début du 19 ème. Etymologiquement, Tannay trouverait son origine dans la racine « Tann-chène » du bas breton et indiquerait un endroit où abondent les chênes. D'où la présence d'un chêne dans ses armoiries.